Dire, ne pas dire

Vous metteriez

Le 07 septembre 2017

Emplois fautifs

L’analogie, qui nous a donné, conjointement avec l’étymologie, nombre de formes aujourd’hui employées dans notre langue, est impérialiste. Elle essaie de s’imposer partout et de soumettre à ses lois les mots qui lui échappent encore ; l’usage et la grammaire lui opposent une résistance constante, mais il faut aussi que nous soyons vigilants pour éviter la prolifération de formes anarchiques n’appartenant pas à notre langue. Notre conjugaison nous offre un bon exemple de ce phénomène. Les verbes du premier groupe y sont de loin les plus nombreux, ce qui n’est guère étonnant puisqu’ils sont issus ou empruntés de verbes latins du premier groupe (dont l’infinitif en -are est à l’origine de l’infinitif français en -er), et que ces derniers, dans cette langue, étaient déjà les plus nombreux. L’analogie fait donc que sournoisement, insidieusement, s’installent dans les conjugaisons du deuxième et surtout du troisième groupe des terminaisons fautives parce qu’elles sont celles du premier groupe. On commence ainsi à entendre des phrases comme Qui metteriez-vous à ce poste ? quand c’est, bien sûr, qui mettriez-vous… ? qu’il aurait fallu employer.

 

On dit

On ne dit pas

Les élections rebattront les cartes

Vous prendrez bien un café

Les élections rebatteront les cartes

Vous prenderez bien un café