Dire, ne pas dire

Néologismes & anglicismes

Borderline

Le 10 juillet 2012

Néologismes & anglicismes

Cet anglicisme est emprunté au vocabulaire de la psychiatrie, où il a d’ailleurs reçu un équivalent français, personnalité limite traduisant personnalité borderline.

Il est aujourd’hui appliqué de manière fantaisiste à ce qui paraît difficile à comprendre, à cerner, à définir, à ce qui va un peu trop loin pour être tout à fait acceptable, dépasse la mesure, les bornes. Borderline supplante Limite, également utilisé en ce sens, en y ajoutant peut-être une nuance d’étrangeté et d’inquiétude. Un candidat borderline, une proposition borderline. Il est un peu borderline.

Rien de ce qu’évoque le mot Borderline n’est impossible à exprimer en termes simples et clairs. On se dispensera donc de l’employer.

Solutionner

Le 10 juillet 2012

Néologismes & anglicismes

Solutionner doit sa fortune aux irrégularités de la conjugaison du verbe Résoudre, dont il est devenu un substitut, ainsi qu’à la tentation d’une dérivation facile : il n’y eut, au xixe siècle, qu’une désinence verbale à ajouter à solution pour créer solutionner.

Rien d’autre ne le recommande en effet : il est long, lourd, plutôt disgracieux. On peut lui trouver des équivalents proches, ou user du verbe Résoudre en le faisant précéder d’un auxiliaire pour plus de facilité. Ainsi on dira Il va résoudre le problème, Il peut, il pourra résoudre la difficulté et non Il solutionnera le problème, Il solutionne la difficulté. Trouver la solution à une question, et non Solutionner la question. Résoudre une énigme, un meurtre, et non Solutionner une énigme, un meurtre. On traite, on mène à bien les affaires courantes, on ne les solutionne pas.

Assumer

Le 07 juin 2012

Néologismes & anglicismes

Ce verbe signifie en français Prendre sur soi, Prendre à son compte. On assume une charge, des frais, un risque. Assumer son erreur, ses actes, c’est en assumer la responsabilité, c’est-à-dire en accepter les conséquences. On peut aussi assumer ses limites, les reconnaître pour ce qu’elles sont.

Depuis quelque temps, une confusion avec l’anglais to assume fait que l’on donne à Assumer le sens de Présumer, Supposer, Croire. J’assume que la proposition est valide, que la vérité se saura. De manière tout aussi vague, Assumer est parfois utilisé à la place d’Adopter, Afficher Il assume un air désinvolte – ou d’Acquérir, Prendre Le problème assume de nouvelles proportions.

On veillera à n’employer Assumer que dans son sens exact.

Se ressourcer

Le 07 juin 2012

Néologismes & anglicismes

L’idée de retour aux sources, aux principes, aux origines se traduit parfois, dans le domaine de la religion et de la morale, par le terme Ressourcement, installé dans la langue depuis un siècle. Ressourcement théologique, spirituel.
De ce substantif est né un verbe Ressourcer, resté très rare jusqu’à ce que la mode s’en empare et en fasse un verbe pronominal, Se ressourcer, tout entier voué à l’idée du bien-être de l’individu. On part en vacances se ressourcer, on se ressource par une cure, par un voyage.Des lieux, des cours, des techniques permettent à l’homme moderne de se ressourcer.
Le mot perd évidemment son sens dans ces emplois confus. On dira, pour éviter ce néologisme prétentieux, que l’On part se reposer, retrouver des forces, la sérénité, le calme, etc., ou même que l’On retourne à la source, aux racines.

Buzz

Le 03 mai 2012

Néologismes & anglicismes

Terme anglais lié à la multiplication des messageries et des forums en ligne, Buzz a envahi le champ de l’information.

On le dit intraduisible dans cet emploi, alors que son équivalent français Bourdonnement est officiellement admis en aéronautique, et que Bouche à oreille le remplace dans le domaine de l’économie et de la gestion.

Dans la langue courante, Faire le buzz sur l’internet, dans les réseaux sociaux pourrait être remplacé par Faire parler, Faire du bruit, Créer une rumeur, Faire la rumeur, expressions qui traduisent, comme l’onomatopée Buzz, la vaine agitation créée autour d’un phénomène passager.

Performer

Le 03 mai 2012

Néologismes & anglicismes

Le terme de Performance, qui existait déjà en ancien français, a été réemprunté de l’anglais au cours du XIXe siècle pour s’appliquer au domaine du sport. Ayant ensuite conquis divers domaines de la langue, il s’emploie à propos de technique, de linguistique et même, aujourd’hui, d’art.

On évitera cependant d’utiliser, par de nouveaux emprunts, le verbe Performer et le substantif Performeur (aussi écrit à l’anglaise Performer). On dira Accomplir une performance, on parlera de l’Auteur de la performance.

Pitch

Le 05 avril 2012

Néologismes & anglicismes

Ce terme anglais trop répandu ne doit pas être employé. Dans le domaine du cinéma et du spectacle, on peut utiliser Idée, Résumé, Argument, Canevas. Si l’on parle des techniques de la communication, les mots Présentation, Argumentaire et Démonstration sont des équivalents compris de tous.

Scotcher

Le 05 avril 2012

Néologismes & anglicismes

La langue usuelle forme parfois des mots à partir des noms de marque, comme le verbe Klaxonner naguère, et le verbe Scotcher aujourd’hui. On évitera d’employer ce dernier verbe figurément dans des emplois familiers, là où la langue française dispose de nombreuses expressions.

Ainsi on ne dira pas Il est scotché à son siège mais Il est collé, rivé à son siège, ni Le malheureux reste scotché à sa femme, Ils sont scotchés l’un à l’autre, mais Le malheureux reste sans cesse aux côtés de sa femme, Ils ne se séparent jamais. Quant à l’emploi absolu, Être scotché, on l’évitera au profit de Rester immobile, privé de mouvement, Rester ou être interdit, stupéfait, bouche-bée, confondu, etc.

Burn-out

Le 01 mars 2012

Néologismes & anglicismes

Ce terme anglais, emprunté au vocabulaire des techniques spatiales, a dans ce domaine très spécialisé des équivalents français.

La presse s’en est fâcheusement emparée pour désigner ce qui s’intitule proprement le « syndrome d’épuisement professionnel » et, plus souvent encore, l’état d’intense fatigue, la sensation d’avoir perdu toute énergie auxquels font allusion les commentateurs sportifs lorsqu’ils disent familièrement qu’un joueur ou un athlète est « carbonisé », « vidé », etc.

Dans tous les cas, on aura recours aux termes français et on évitera de faire usage de ce mot anglais.

Coach, coacher et coaching

Le 01 mars 2012

Néologismes & anglicismes

Le terme de Coach ainsi que ses dérivés Coaching et Coacher, d’abord employés à propos de sport, tendent aujourd’hui à être appliqués à toutes sortes d’activités professionnelles ou privées.

Ces mots anglais ont des équivalents français qu’il convient d’utiliser. On parlera de l’Entraîneur et de l’Entraînement d’une équipe, on dira d’un sportif qu’il est bien ou mal Entraîné.

Selon les situations, on se servira des termes de Conseiller, de Guide, de Répétiteur, de Tuteur, de Mentor, et on aura recours aux nombreux verbes qu’offre la langue usuelle, comme Accompagner, Aider, Assister, Encadrer, Former, Soutenir, Suivre, etc.

Pages