Dire, ne pas dire

Néologismes & anglicismes

Burn-out

Le 01 mars 2012

Néologismes & anglicismes

Ce terme anglais, emprunté au vocabulaire des techniques spatiales, a dans ce domaine très spécialisé des équivalents français.

La presse s’en est fâcheusement emparée pour désigner ce qui s’intitule proprement le « syndrome d’épuisement professionnel » et, plus souvent encore, l’état d’intense fatigue, la sensation d’avoir perdu toute énergie auxquels font allusion les commentateurs sportifs lorsqu’ils disent familièrement qu’un joueur ou un athlète est « carbonisé », « vidé », etc.

Dans tous les cas, on aura recours aux termes français et on évitera de faire usage de ce mot anglais.

Coach, coacher et coaching

Le 01 mars 2012

Néologismes & anglicismes

Le terme de Coach ainsi que ses dérivés Coaching et Coacher, d’abord employés à propos de sport, tendent aujourd’hui à être appliqués à toutes sortes d’activités professionnelles ou privées.

Ces mots anglais ont des équivalents français qu’il convient d’utiliser. On parlera de l’Entraîneur et de l’Entraînement d’une équipe, on dira d’un sportif qu’il est bien ou mal Entraîné.

Selon les situations, on se servira des termes de Conseiller, de Guide, de Répétiteur, de Tuteur, de Mentor, et on aura recours aux nombreux verbes qu’offre la langue usuelle, comme Accompagner, Aider, Assister, Encadrer, Former, Soutenir, Suivre, etc.

Booster

Le 02 février 2012

Néologismes & anglicismes

Forme francisée du verbe anglais to boost, Booster (prononcé Bouster) est très utilisé, notamment dans la presse, par un pur effet de mode.

On dit On ne dit pas

Stimuler, régénérer la peau, les cheveux

Relancer, augmenter les ventes

Relancer, stimuler, accélérer la croissance

Développer, faire croître la filière nucléaire

Booster la peau, les cheveux

Booster les ventes

Booster la croissance

Booster la filière nucléaire

 

Fuiter

Le 02 février 2012

Néologismes & anglicismes

Ce néologisme se répand au fur et à mesure que sont divulguées des informations confidentielles. Faire fuiter un sujet d’examen, Son nom a fuité, Laisser fuiter un document diplomatique.

Le terme de Fuite, bien installé dans l’usage en ce sens figuré, est le seul qui doit être employé. On dira Il y a eu une fuite, des fuites provenant de…, Une fuite a permis la publication, la diffusion de…, Son nom a été divulgué en raison d’une fuite, etc.

On pourra également utiliser le verbe Filtrer, pris au sens figuré de Se répandre, parvenir à être connu en dépit d’obstacles divers. La nouvelle a filtré malgré les précautions prises.

Casting

Le 05 janvier 2012

Néologismes & anglicismes

Ce mot anglais ne doit pas être employé. On parle en français d’audition pour désigner l’entrevue, l’essai permettant à un metteur en scène, à un entrepreneur de spectacles, etc. de sélectionner des interprètes. Organiser une audition. Passer une audition.

On n’utilisera pas non plus le mot casting pour désigner la distribution d’une pièce ou, figurément, la répartition des charges, des tâches entre diverses personnes.

Onze heures passées de dix minutes

Le 05 janvier 2012

Néologismes & anglicismes

Cette manière d’indiquer l’heure est une affectation très en usage à la radio. On dira Il est onze heures et dix minutes ou, plus simplement, il est onze heures dix.

Dress code

Le 01 décembre 2011

Néologismes & anglicismes

Parmi les nombreux termes anglais dont abuse la presse figure Dress code, désignant soit ce qui prévaut en matière de mode vestimentaire, soit la tenue requise pour une circonstance déterminée. On préfèrera dire ce qui est à la mode et employer la formule tenue requise, tenue souhaitée.

Nominé

Le 01 décembre 2011

Néologismes & anglicismes

Chaque année, à l’occasion des remises de prix à des cinéastes, acteurs, musiciens, etc., le terme nominé revient chez les présentateurs et commentateurs. Rappelons que ce terme emprunté de l’anglais est depuis longtemps proscrit, le français ayant formé Nomination à partir du verbe Nommer.

Pour désigner un artiste retenu dans une sélection, on doit utiliser les termes sélectionné ou nommé.

Abréviations et mots anglais à valeur superlative

Le 03 novembre 2011

Néologismes & anglicismes

L'habitude s'est développée, à l'imitation des emplois familiers de l'anglo-américain, d'employer, pour exprimer son enthousiasme ou son admiration, des abréviations comme super, hyper, génial, méga, géant (ou son équivalent anglais great). Les publicitaires accolent les mots anglais top et must à tous les produits qu'ils vantent.

Cette accumulation de tournures exclamatives et d'abréviations est tout à fait contraire à l'esprit de précision de la langue française. Le bon usage veut qu'on fasse appel à des superlatifs comme très beau, très bien, le meilleur, le plus grand, etc., à des adjectifs comme incomparable, inégalable, etc., ou que l'on ait recours aux mots d'excellence, d'exception, de perfection et aux adjectifs correspondants.

Supporter

Le 03 novembre 2011

Néologismes & anglicismes

On évitera d'employer ce verbe, formé à partir de l'anglais « to support », pour parler de rencontres sportives et, à plus forte raison, d'autres compétitions.

On dit

On ne dit pas

Soutenir une équipe, encourager un candidat

Soutenir, appuyer un candidat, un parti, leur apporter son appui, son concours

Supporter une équipe, un concurrent

Supporter un candidat, un parti

Le substantif Supporteur peut être employé, sous cette forme francisée et non sous la forme anglaise Supporter, dans le langage sportif.

Pages