Dire, ne pas dire

Rouflaquette

Le 4 octobre 2012

Bonheurs & surprises

On ne connaît pas vraiment l’origine de ce mot pittoresque apparu au xixe siècle en français, désignant d’abord une mèche de cheveux formant un accroche-cœur sur la tempe, dont la mode est aujourd’hui abandonnée, puis une patte de cheveux descendant sur le côté de la joue, de l’oreille vers le menton, mode dont la vogue ne s’est, elle, pas démentie. Porter des rouflaquettes.

Appelés plus noblement Favoris ou, plus prosaïquement, Pattes de lapin, parfois même Côtelettes lorsqu’ils s’étalent en triangle sur la joue, ces attributs pileux plus ou moins touffus doivent aller de pair avec un menton glabre pour mériter cette appellation.