Dire, ne pas dire

Le bachelier, la bachelette, le baccalauréat et la bachelière

Le 06 avril 2017

Bonheurs & surprises

L’origine du nom bachelier fut longtemps discutée. C’était, nous apprend le Thresor de la langue francoyse tant ancienne que moderne, « le premier degré de titre entre nobles, dont le prochain, en montant, est Banneret, puis Baron ». Certains, pour qui, dans la hiérarchie nobiliaire, les bacheliers venaient après les chevaliers, ont cru que ce nom était le résultat de la contraction de l’adjectif bas et de chevalier. On l’a parfois aussi rattaché à baccalauréat, mais ce dernier n’est arrivé que longtemps après dans notre langue. En réalité bachelier est issu du latin baccalarius, qui désigna d’abord un chevalier sans fortune puis un étudiant. En ancien français, le nom bachelier, comme le nom latin, était lié à la notion d’apprentissage, d’éducation que ce soit dans le monde de la chevalerie ou dans celui de l’université. Ainsi, lorsque que Charles V présenta à Du Guesclin l’épée de connétable, ce dernier répondit : « Sire, je ne suis qu’un pauvre bachelier dans le métier des armes. » Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que bachelerie ait désigné la jeunesse et l’ensemble des caractéristiques qu’on lui attribue, la bravoure et l’esprit d’émulation, mais aussi l’imprudence et l’étourderie, que l’adjectif bacheleux ait signifié, lui, « vaillant » (on le trouve souvent chez Frossard associé à hardi et aventureux) et que le verbe bacheler, lié aux plaisirs de la jeunesse, ait eu le sens de danser puis de se livrer à des ébats amoureux. D’ailleurs Féraud, dans son Dictionnaire critique de la langue française, écrit que bachelier « se disait autrefois pour jeune Gentilhomme et pour amant. L’on disait aussi, bachelette pour maîtresse ». Plus sage, l’Académie nous apprend que la bachelette était une jeune fille, et que le bachelier était un jeune homme à marier. Il existait de ce nom des variantes comme bacheler ou bachelor, et c’est sous cette dernière forme que l’anglais nous l’a emprunté, en lui conservant le sens de « célibataire ». Ce n’était donc pas encore la bachelière, mais la bachelette qui était le pendant du bachelier. Une proximité de sens a fait que l’on a rapproché ces deux termes qui n’ont pourtant pas la même étymologie : bachelette est une altération, liée à l’influence de bachelier, de l’ancien français baisele ou bacele qui désignait une jeune fille et plus particulièrement une servante.

Si le Moyen Âge distinguait les bacheliers en fourrure (les étudiants) des bacheliers en plumets (les jeunes nobles), ces derniers disparurent en même temps que la chevalerie, et le nom bachelier ne désigna bientôt plus qu’un étudiant, puis une personne ayant terminé avec succès ses études secondaires. On lit ainsi dans le Thresor de la langue francoyse tant ancienne que moderne, que bachelier était « le premier degré que prennent ceux qui estudient en theologie, en droit, ou en médecine ». La première édition du Dictionnaire de l’Académie française évoque, elle aussi, le monde universitaire : « Celui qui a l’un des degrez pour parvenir au Doctorat, & ce degré precede celui de Licentié ». La littérature a rendu compte de cette évolution ; si Le Bacheler d’armes, conte du Moyen Âge, dresse un tableau des qualités que doit acquérir un jeune chevalier, Le Bachelier de Jules Vallès, au xixe siècle, raconte les aventures et mésaventures d’un jeune homme essayant d’obtenir son baccalauréat. Ce dernier terme est un emprunt au latin tardif baccalaureatus, qui désignait une personne ayant le degré de bachelier. Baccalaureatus est issu du croisement entre baccalarius, dont nous avons parlé plus haut, et laureare, « couronner de laurier ». Au xixe siècle, baccalauréat fut abrégé en bac et refait en bachot. Ce bachot en relégua alors un autre au second rang, qui désignait un petit navire, un bac servant, sur les fleuves et les rivières, à passer les piétons et à charger et décharger les grands bateaux. En ces temps, le bachotage n’était pas encore la préparation hâtive et besogneuse d’un examen ou d’un concours, mais désignait le métier de conducteur de bachot (encore appelé bachoteur ou bacheleur) et la taxe à acquitter pour être autorisé à exercer cette profession.

Quand Julie-Victoire Daubié fut, en 1861, la première femme à obtenir le baccalauréat et devint ainsi la première bachelière, les étudiants du quartier latin, bien peu féministes, déclarèrent alors que ce type de bachelières n’étaient en fait bonnes qu’à conduire un bachot…